Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

mARTial ROBert

Pierre Schaeffer : la révélation…

   Dès la première écoute des études concrètes de Pierre Schaeffer (études violette, noire...), sa pensée et ses couleurs musicales l'intriguent... Élève du compositeur Denis Dufour, il souhaitera remonter à la source, rencontrera le Maître, deviendra l'élève d'un de ses élèves favoris -Ivo Malec- avant de lui consacrer une recherche sur plusieurs années à partir de 2029 références dont 950 références schaefferiennes (près de 8 000 pages et 400 enregistrements sonores)...


Pierre Schaeffer : des Transmissions à Orphée, Paris, éd. L'Harmattan, 1999, 13 planches, discographie, sonographie, filmo-vidéographie, 181 références bibliographiques schaefferiennes, 416 p.

Préface du Pr. Jean-Claude RISSET ------- Avant-propos ----- Sommaire -----

   La musique, moyen de communication, disséquée et transformée par les outils d'une technique de communication : tourne-disques puis magnétophones de la radiodiffusion. Ce, grâce -ou à cause- d'un homme, Pierre Schaeffer, qui fut quasiment à lui seul, pendant cinquante ans, la réflexion voire l'histoire des deux disciplines. Restreint, par les dictionnaires, au qualificatif de compositeur, inventeur de la musique concrète, il s'agissait de découvrir le cheminement du musicien-chercheur (ou l'inverse). De ses premières expériences d'homme de radio et de culture, audacieux même dans des circonstances difficiles -comme les initiatives fondatrices du nom de "Jeune-France" et de "Studio d'Essai" radiophonique en témoignent sous l'occupation- au glissement vers le terrain musical, l'auteur relate l'Aventure. Simultanément, il la situe face à ses prédécesseurs et étudie les forces qui ont poussé cet ingénieur vers la création et l'ont troublé lorsque l'observation active exigeait d'assumer Le Faire avant Le Penser.
     Ce premier ouvrage -d'une série de trois nécessaires pour ne pas à nouveau enfermer l'homme dans un seul domaine et perdre l'unité de sa pensée- se fixe comme horizon son célèbre Traité des Objets Musicaux, et tente alors d'éclairer l'objet de bien des malentendus…


Pierre Schaeffer : d'Orphée à Mac Luhan, Paris, éd. L'Harmattan, 2000, 18 planches, sonographie, filmo-vidéographie, 294 références bibliographiques schaefferiennes, 496 p.

Préface du Pr. André-Jean TUDESQ----- Avant-propos  ----- Sommaire -----

   Après Pierre Schaeffer  : des Transmissions à Orphée, l'auteur révèle la facette d'administrateur inventif, sinon zélé, de l'homme de radio ambassadeur d'idées à contre-courant du contexte international, personnage en lutte perpétuelle avec l'inertie des hiérarchies, créateur d'"institutions nécessaires et impossibles" qui témoignent en tout cas de l'homme. Le polytechnicien-musicien forgea son expérience à travers les continents. Il passera de missions et d’enquêtes en 1947-48, sur la radio africaine ou sur l'esprit de la toile radiophonique américaine, à la constitution d'un réseau adapté au tiers-monde et du siège des assemblées onusiennes aux séances des conseils audiovisuels de la République dans les années 1975-80. Entre temps, l’absence de recherche en télévision le conduit à se préoccuper aussi d'image, et sur le plan musical, après la découverte d'incertitudes, c'est la diffusion -de quel savoir d'ailleurs ?- au Conservatoire de Paris, auprès de futurs émules qui créeront leurs Centres de Recherches... Mais, au fait, que retiennent-ils au juste de l'enseignement schaefferien  ? Car il est souhaitable que Le Penser redresse constamment Le Faire, en musique comme dans toute communication. Schaeffer découvre très tôt les forces obscures de la relation Pouvoir-Savoir-Communication et leurs incidences sur le culturel et le social . Il met à jour le délicat équilibre de l’information-communication, volonté et rencontre suscitées par les médias de masse.
     Le trait d’union audio-visuel est perfide, il fait naître un "simulacre" de la vie et change le cadre de la civilisation. Le rôle du service public est-il de traiter le nouvel outil, et ses dérivés, en amuseur public, en miroir de Narcisse ? Cette dernière révélation quasi psychanalytique doit être plutôt un atout d’analyse ; alors le Français Schaeffer est un bien meilleur défenseur des médias que le trop célèbre Canadien Mac Luhan…


Pierre Schaeffer : de Mac Luhan au fantôme de Gutenberg, Paris, éd. L'Harmattan, 2002, 18 planches, sonographie, filmo-vidéographie, chronologie générale, 249 références bibliographiques schaefferiennes, 464 p.

Préface du Pr. Bernard VECCHIONE ----- Avant-propos ----- Sommaire -----

   L’effort pédagogique schaefferien, permanent quelles que soient les aventures, et la dénonciation des modes -dont le scientisme- ont toujours permis au Penser de tenter de redresser les écarts ou dérives possibles du Faire. La constante est perçue mais l’auteur termine sa trilogie (Pierre Schaeffer : des Transmissions à Orphée, puis Pierre Schaeffer : d’Orphée à Mac Luhan) en recherchant plus intimement encore le fil conducteur. Serait-ce, comme souvent, dans l’éducation et mieux, dans la rencontre de personnalités ou le vécu d’évènements, marquant au fer le raisonnement et le comportement, sinon l’âme ?
     Un abbé à la fois professeur de physique et directeur-animateur de jeux de société ou d’élans théâtraux ; un ami de l’école polytechnique, également scout, croyant, mais à l’esprit caustique ; une catastrophe de chemin de fer ; un homme venu du caucase -Gurdjieff- qui tente de nous guérir d’un Moi dictateur de notre Faire puisque les clés de notre Vie sont ailleurs… Il serait temps de se connaître pour devenir vraiment soi-même, bref, se réveiller et être son être. Alors change la vision des choses et du Monde… La musique, l’écriture peuvent jouer le rôle d’exercice dans cette thérapie et cette recherche d’une intériorité qui passe aussi par une "métaphysique concrète". L’œuvre de Pierre Schaeffer, musicale ou littéraire mais en tout cas poétique, prend alors une autre dimension et se déploie… Le lecteur établit des ponts avec d’autres écrivains : Giraudoux, Mauriac, Bloy, Bernanos… ou bien serait-ce Proust ? Par ailleurs, on pense à cette science-fiction d’un Gérard Klein ou d’un Clifford D. Simak annonçant un monde pas si loin que cela… sans oublier les multiples facettes du langage et de l’esprit d’un Paul Valéry qui renvoie à Léonard de Vinci, Descartes ou Goethe…
     Quels sont donc finalement les rôles révélés de la musique, de l’audiovisuel, de tout art ? Des interrogations au cœur de l’œuvre et de la vie de Pierre Schaeffer au centre desquelles se trouve l’homme. Pour agir sur les entreprises de l’homo-faber et de là tenter de changer l’homo-sapiens, quelle est d'ailleurs la méthode schaefferienne ?

  Retour à l'accueil

 

Chez votre libraire et possibilité de commander par Internet sur le site :

www.harmattan.fr

© M.R. 2004 et couvertures éd. L'Harmattan